Nos valeurs et nos engagements

Nous agissons pour accélérer les carrières des femmes scientifiques, encourager la prochaine génération de femmes à se tourner vers la science et transformer le monde scientifique de l’intérieur pour contribuer à une société plus inclusive.

Deux femmes scientifiques dans un laboratoire. Ils utilisent un microscope.

Promouvoir l’égalité et permettre aux femmes d’exprimer leur potentiel en science

Dans la communauté scientifique, les femmes peinent toujours à pouvoir contribuer de manière équitable à la résolution des crises mondiales – sociales, environnementales ou économiques. Trop peu de femmes brisent le plafond de verre de la recherche. En Europe, seulement 14 %¹ des postes scientifiques à responsabilités sont occupés par des femmes. Seulement 33,3 %² des chercheurs en sciences sont des femmes dans le monde et moins de 4 % des prix Nobel scientifiques ont été décernés à des femmes³.












¹ She Figures, 2018.
² Pour être intelligente, la révolution numérique devra être inclusive, troisième chapitre du Rapport de l’UNESCO sur la science : La course contre la montre pour un développement plus intelligent
³ Source : Prix Nobel

Seulement 33,3 % des chercheurs en sciences sont des femmes dans le monde.  

L’écart femmes-hommes en science

33,3 % DE FEMMES CHERCHEUSES DANS LE MONDE

    • 33,5 % 

    • 49,8 %

    • 44,9 % 

    • 51,2 % 

    • 48,3 % 

    • 36,6 % 

    • 42,6 % 

    • 41,8 % 

    • 26,3 %

    • 33,8 %

Les biais de genre en science

Le combat pour valoriser les chercheuses dépasse le seul enjeu d’égalité : c’est aussi un levier fondamental pour la qualité de la recherche et pour construire un monde plus inclusif. Une science grevée par des biais de genre ne peut parvenir à produire des solutions qui répondent efficacement aux besoins de notre monde, de la société et des femmes en particulier. Dès lors que la recherche est majoritairement dominée par les hommes, les femmes, comme en attestent différentes études, sont perdantes dans l’innovation médicale et technologique, au point de mettre en risque leur bien-être et leur santé.

Les maladies cardiovasculaires restent, par exemple, la première cause de mortalité chez les femmes, en particulier en Europe où 49 % en décèdent (contre 40 % des hommes)¹. Or au 20ème siècle, il a été établi que les médecins étudiaient ou traitaient deux fois plus les maladies cardiaques chez les hommes que chez les femmes, lesquelles bénéficiaient moins d’opérations ou de traitements vitaux en la matière. Aujourd’hui, dans un monde hyper-connecté et technologique, l’intelligence artificielle reproduit elle-aussi les biais sexistes dans ses algorithmes, contribuant à entraver la réussite des femmes au travail² ou à véhiculer des attentes biaisées sur l’apparence ou les comportements féminins.












¹ « Cardiovascular disease in Europe: epidemiological update 2016. WHO Mortality Database», European Heart Journal, Novembre 2016.
² « Artificial intelligence has a gender bias problem – just ask Siri », The Conversation, Septembre 2019.

Trois femmes en laboratoire.
une professeure  dans une classe avec des étudiants.

Donner les moyens aux femmes scientifiques de briser le plafond de verre

Comment mettre fin à ces déséquilibres ? Comme toute grande transformation, celle-ci nécessite un véritable changement culturel à l’échelle de la société toute entière. Les obstacles qui s’opposent à la réussite des femmes dans les domaines scientifiques doivent être surmontés à chaque étape. Cela commence par encourager les filles à étudier les sciences dès le plus jeune âge. Cela suppose aussi la promotion de parcours professionnels plus inclusifs, une attention accrue à l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée pour les chercheuses et une lutte systématique contre toute forme de harcèlement dans les lieux de travail, d’enseignement, de recherche et de networking. Ce sont autant de défis majeurs que nous avons identifiés grâce à une étude indépendante réalisée auprès d’anciennes bénéficiaires du programme Pour les Femmes et la Science¹. Les chercheuses de haut niveau doivent pouvoir accéder de manière équitable aux financements scientifiques, aux opportunités de publication de prise de parole, et de promotion, elles doivent être entendues et voir leur excellence reconnue.












¹ Cette étude indépendante a été conduite en 2019 sur 327 bénéficiaires du programme Pour les Femmes et la Science originaires de 65 pays.

Soutenir et faire rayonner les femmes scientifiques

Depuis 1998, le Groupe L’Oréal, puis sa Fondation depuis 2007, œuvrent avec l’UNESCO pour accélérer les carrières des femmes scientifiques et lutter contre les obstacles qu’elles rencontrent, pour qu’elles puissent contribuer pleinement à la résolution des grands défis de notre temps et inspirer les générations futures. Nous sommes résolus à mettre en avant les talents, les connaissances et l’expertise des femmes pour contribuer à une recherche plus inclusive.

En 23 ans, notre programme Pour les Femmes et la Science a soutenu et mis en lumière plus de 3 600 chercheuses originaires de plus de 110 pays. Il valorise l’excellence scientifique et cherche à inspirer les jeunes femmes pour les encourager à s’engager dans des cursus scientifiques.

 

Les lauréats